Les Fleurs du Dr Bach: Son histoire, leur naissance.

En 1886, naissait près de Birmingham, Edward Bach. Il était le fils d’un propriétaire d’une usine de fonderie de laiton, où il y travailla dès 1903 et ce, tout en continuant à servir le régiment « Worcester Yeomanry » dans lequel il s’était engagé en tant que soldat volontaire.

En 1906, il rentrait à l’université de Birmingham où Il étudiait la médecine. Il obtint son diplôme en 1912. Puis il continua en se spécialisant en chirurgie, en bactériologie et en homéopathie.

Il se marie en janvier 1913 à Marries Gwendoline Caiger. Il se mariera à nouveau en 1917.

Mais voilà, la 1ère Guerre Mondiale résonne déjà. Il veut s’engager mais il obtient un refus. En janvier 1915, il est affecté au CHU de Cambridge à la gestion d’un parc de lits au profit des blessés de guerre. En parallèle, il participe à des recherches sur la vaccination au sein du Département Bactériologie de l’hôpital.

En 1916, sa femme Marries gwendoline donne le jour à leur fille Kitty. Mais en 1917, alors qu’il va pratiquer une opération sur un de ses patients, il s’évanouie et perd connaissance. Il fait une hémorragie sévère. Son confrère, son médecin lui annonce qu’il a un cancer, qu’il n’y a plus rien a faire et qu’il ne lui reste que quelques mois à vivre, 3 mois au mieux. Mais celui-ci ne le voit pas de la même façon et se dit qu’il a encore beaucoup de travail à réaliser, de recherches à faire avant de quitter ce monde. Il décide de reprendre ses recherches et travaux sur les vaccins homéopathiques.

En 1919, il intègre l’Hôpital homéopathique de Londres « London Homeopathic Hospital » en tant que pathologiste et bactériologiste. Il y découvre les travaux du Père de l’homéopathie, le Dr Hahnemann qui lui, avait compris qu’il ne suffisait pas de traiter seulement la maladie mais le patient dans son ensemble pour obtenir une guérison. Il reprend alors les conclusions des travaux du Dr Hahnemann et y associent ses propres recherches portant sur la présence d’organismes présents dans les intestins. Il classifie les bacilles en 7 groupes, selon leur action de fermentation sur le sucre.

  • Groupe 1 : Proteus
  • Groupe 2 : Dysentery
  • Groupe 3 : Morgan
  • Groupe 4 : Faecalis Alkaligenes
  • Groupe 5 : Coil
  • Groupe 6 : Mutabile
  • Groupe 7 : Gaertner

A partir de ces 7 souches, il créa des vaccins permettant de purifier le tractus intestinal, de mettre en relation les poisons intestinaux et les maladies chroniques. Il commença à identifier pour chacun, des types de personnalités.

En 1924, à l’occasion du « British Homeopathie Congress », il présente le résultat d’un des ses études intitulée : « Intestinal Toxaemia in its Relation to Cancer » traitant de l’action et bienfaits de « la consommation de nourriture cru, de fruits, de noix, de céréales et de légumes » contribuant « à réduire la quantité de toxines produites par les intestins. » Il se rend compte qu’un tel régime est bénéfique à l’individu dans son ensemble et pas seulement de façon locale (sur un point localisé). 

C’est alors qu’il réalise que la façon de soigner les patients ne lui convient pas et q’il désire avoir une approche plus holistique. En effet, sa propre expérience lui fait penser que « les états émotionnels et personnels du malade étaient plus importants que les symptômes physiologiques ».

En 1928, il quitte Londres et se rend à Crickhowell,  au Pays de Galles, où il commence à explorer les fleurs et leurs énergie. Il trouve ainsi les 3 premières que sont: Impatiens, Mimulus et Clematis.

Au cours de cette même année, il se doit d’assister à un dîner de la loge maçonnique dont il fait partie mais où il n’a pas du tout envie d’être. Il y est accompagné de son assistante, Nora Weeks. Elle raconte qu’il passa son temps à observer chacun des sujets présents, leur personnalité et que c’est ainsi qu’il les recoupa avec les 7 groupes qu’il avait trouvé. « Il conclut que les personnes faisant partie d’une même catégorie souffriraient des mêmes maladies et que les personnes des autres groupes souffriraient de maladies différentes. » selon Nora Weeks. Il fit alors le rapprochement avec les nosodes bactériens qu’il avait trouvé et eu l’idée de les remplacer par des nosodes végétaux. On les appelle, aujourd’hui « Nosodes de Bach ».

C’est ainsi quen 1930, n’étant pas satisfait des ses recherches, il les abandonna et partit à la conquête de plantes et arbres « guérisseurs ». Il avait remarqué que « l’énergie des plantes sauvages, et notamment de leurs fleurs, était très proche du système nerveux humain ». Traversant la campagne, il y découvrit 3 puis 6 puis à nouveau 3 fleurs. et enfin en 1932, la dernière de la série: Rock Rose. En 1933, il publia un ouvrage nommé « les 12 guérisseurs » « The Twelve Healers and Four Helpers ».

Très intuitif et d’une extrême sensibilité, le Dr Bach disait ressentir le taux vibratoire des fleurs simplement en les tenant dans la main. En observant les fleurs à certaines heures de la journée, il remarqua que la chaleur du soleil associée à l’eau (la rosée) qu’elles contenaient, permettaient de transférer l’énergie vibratoire et vitale, des fleurs à l’eau (la rosée). C’est ainsi qu’au fil du temps, de ses recherches et parfois avec l’aide d’amis Suisses ou Italiens pour Vine et Olive, il arpenta la campagne et découvrit 38 fleurs et mit au point 38 élixirs, représentant les états émotionnels négatifs ayant un impact sur l’ensemble de notre organisme.

En effet, il considérait l’être humain de façon holistique, dans son ensemble et partait du principe que les plans physique, émotionnel, mental ou spirituel devaient être équilibrés et en harmonie. En somme, un plan parfait. « la création divine a forcément un plan parfait. » Si l’équilibre se rompt, c’est alors celui du corps humain qui est mis en danger.

Nos émotions étant la porte d’entrée de cet équilibre ou de ce déséquilibre. On parle souvent de « Court-circuit électrique » affectant ainsi le système nerveux. Le corps, par son système de défense essaie de rééquilibrer le système mais s’il n’y parvient pas, le corps somatise et fait apparaitre des faiblesses physiques voire des maladies plus sérieuses.

Le travail des Fleurs du Dr Bach est là. Elles sont là pour rééquilibrer le système nerveux et « électrique », restaurer la balance des émotions et le corps lui, se chargera des symptômes.

Il classa ses 38 élixirs en 7 familles représentants les états émotionnels négatifs dans lesquels nous nous trouvons et mis au point la thérapie florale. (Voir l’article sur la classification des Fleurs de Bach)

Mais en 1936, le rythme effréné qu’il s’est fixé a raison de son état. Son corps l’abandonne définitivement et il meurt d’épuisement.

Nota bene: le Dr Bach n’est jamais décédé de son cancer qu’il a réussi à dompter et a assuré les missions qu’il s’était fixé en restant ici sur Terre.

« Choisir l’intuition, c’est admettre qu’une page se tourne, que quelque chose s’achève. »

Dr Edward Bach by Valérie Knight

Publications similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *